Help with Search courses

NOS CLASSES DE MER

Les Voyages forment la Jeunesse

Ce proverbe est souvent attribué à Montaigne, mais à tort. Dans « De l’institution des enfants » du livre I des Essais (écrits de 1572 à 1592), Montaigne recommande pour les enfants la visite des pays étrangers, chapitre XXV. Pourtant, il en exprime ainsi l’utilité : « pour en rapporter principalement les humeurs de ces nations et leurs façons, et pour frotter et limer nostre cervelle contre celle d’aultrui ».

C’est à l’époque des Lumières que les intellectuels se sont beaucoup interrogés sur la valeur éducative des voyages.

Ainsi, à l’article « Voyage » de l’Encyclopédie de Jaucourt (1765), l’auteur s’applique à exprimer leur fonction expérimentale. Il insiste sur l’utilité du contact personnel avec le « grand livre du monde ».

Avant lui, le Dictionnaire universel de Furetière (1690) mentionne la même idée : « Les voyages sont nécessaires à la jeunesse pour apprendre à vivre dans le monde. »

Ceux de l’Académie française (1694) et de Trévoux (1704) en soulignent aussi le rôle pédagogique. En 1751, l’idée est à nouveau développée dans l’Encyclopédie.

En 1835, le proverbe est répertorié sous sa forme actuelle dans le Dictionnaire de l’Académie.